Histoire et patrimoine

15 février 2018

historique Braine

Histoire

Braine est une ancienne terre d’histoire, au croisement de l’antique voie gauloise puis romaine qui reliait Milan au Nord de la Gaule Belgique, et de la voie dynastique reliant le pays des Parisii à celui des Rèmes, vieux chemin de Paris et route des Sacres.

Braine reçut très tôt la maison de plaisance des premiers rois mérovingiens et carolingiens. Puis maintes fois perdue et reprise au cours des luttes féodales, elle passa dans l’héritage de la famille de Dreux, dont l’un des plus fameux fleurons fut Pierre Mauclerc, Chevalier de Braine et Duc de Bretagne.

Cette branche cadette des Capétiens fortifia le château de la Folie dont la Première Guerre Mondiale n’a laissé que des ruines. Elle construisit le château du bas aujourd’hui disparu dont seuls subsistent les pilastres d’entrée et les celliers ; elle fonda l’abbaye des Prémontrés, éleva l’église Notre-Dame aux premiers temps du gothique, sanctuaire qui devint la nécropole des Bourbon-Dreux. Du Moyen-Âge demeure également une maison à colombages et encorbellement.

historique BraineAu ravage de la Guerre de Cent ans s’ajouteront les ravages des guerres de Religion et Braine soutint la cause du Béarnais, futur Henri IV, qu’elle accueillera d’ailleurs en roi en 1606.
Puis la fronde mettra les rives de la Vesle à feu et à sang. Seuls les règnes de Louis XIV et Louis XV apporteront paix et prospérité.
Le comte d’Egmont, dernier Seigneur de Braine, et la Comtesse Septimanie seront d’une générosité inépuisable, portant à Braine une attention sans défaut. Ils émigreront en 1791. historique Braine

La Révolution écrase le pays des réquisitions massives et une conscription rendue plus dure par l’Empire qui sombre et échoue contre les Russes retranchés au Nord de Paris ; et Braine est investie.

Le siècle qui s’écoulera ne laissera d’autres marques que celles des progrès qui annoncent le XXème siècle.

Cependant, Braine participera encore à l’histoire en 1918 et 1940. Tour à tour arrière front et front, le pays brainois connaît les destructions et ne deviendra libre que le 28 août 1944.

Des événements dramatiques de la première guerre mondiale, Braine renouera des liens étroits avec le Danemark, fondant aux côtés du cimetière militaire français, le cimetière militaire danois pour les soldats du Schleswig.

Bibliographie :

  • Histoire de Braine de Stanislas PRIOUX
  • Histoire de Braine de Maxime de Sars
  • Braine et la Révolution disponible à l’Office de Tourisme

Personnages célèbres :

  • Pierre Mauclerc Chevalier de Braine et Duc de Bretagne
  • Le peintre Arnaud D’Hauterives.

Patrimoine et curiosités

LES CIMETIERES MILITAIRES DANOIS ET FRANCAIS

cimetière danois

On en parle sur le web :

http://www.ipernity.com/doc/282405/album/902288

http://www.picardie1418.com/fr/decouvrir/cimetiere-militaire-francais-de-braine.php

https://www.chemindesdames.fr/

LA MAISON A COLOMBAGES ET ENCORBELLEMENT (XVème) place Charles de Gaulle surmontée d’une tourelle à toit de pierre a gardé sa belle porte cochère (Monument Historique).

LA MAISON DE RETRAITE (XIIIème) : cet ancien hospice des Bénédictines qui fut un couvent avant d’être aussi un pensionnat de jeunes filles, abrita successivement les sociétés révolutionnaires, la gendarmerie, un haras national. Les écuries remarquables, reconstruites sous Napoléon III, sont toujours visibles.

LE CHATEAU DE LA FOLIE :

Construit fin du XIIème siècle, forteresse exclusivement défensive puisque les Seigneurs de Braine ont toujours résidé dans le Château du Bas. Il fut démantelé au XVème, mais ses imposantes ruines ne furent détruites qu’au cours de la première guerre mondiale.

BRAINE, cité des Cadrans solaires (une vingtaine actuellement) : depuis 1997, de nombreux cadrans ont été installés en différents endroits, notamment au Rond-Point des Trois Cadrans, le méridional, les verticaux déclinant du matin et de l’après-midi surmontés des blasons en mosaïque des 3 villes jumelées.

L’HOTEL DE VILLE ET SON CAMPANILE (XVIIIème) : reconstruit à partir de l’ancien auditoire où le bailli rendait la justice ; il a gardé au rez-de-chaussée ses deux cachots derrière une lourde porte de bois munie d’un judas.

L’EGLISE ABBATIALE SAINT-YVED (Monument Historique) construite entre 1180 et 1216, commande d’Agnès de Baudement (épouse de Robert 1er de Dreux) elle fut la nécropole de la famille Bourbon-Dreux. Marquée par les vicissitudes de l’histoire, elle témoigne pourtant encore des premiers âges du gothique. Le tympan du portail central, qui a pu être sauvé, a été reconstitué aux revers de la façade actuelle. Privée de 4 travées, la nef à triple élévation s’unit au transept par une tour-lanterne remarquable s’élevant à 33 mètres. Pignons flanqués de contreforts d’angle ornés de clochetons, statues de bois peints, vitraux, reliquaires.

abbatiale saint-Yved

Last modified: 16 février 2018

Comments are closed.